Les prix de l’acier ne vont pas baisser tout de suite – update avril 2021

Article paru dans HET STAALJOURNAAL

Pourquoi les prix de l’acier ont explosé (et vont peut-être encore augmenter)

Dans le graphique ci-dessous, nous avons présenté l’évolution des prix de base (quotidiens) des bobines d’acier laminées à chaud depuis juillet 2020, tel que publié par certains médias. Il montre à quel point les prix ont grimpé de manière explosive et ont déjà plus que doublé par rapport à mi-2020. Pour mémoire : il s’agit de prix journaliers (prix spot) et non des prix des contrats 3 mois ou des contrats semestriels. De plus, il s’agit de prix de base, pour lesquels des suppléments d’épaisseur / largeur, de qualité, etc. doivent être calculés afin d’arriver à un prix effectif net final.

Comment cette explosion des prix est-elle née?

Ce n’est pas une explication simple, car les prix de l’acier sont cycliques et des facteurs de nature différente peuvent influencer leur évolution.

Dans la période pré-Covid19, fin 2019, le marché de l’acier était dans des eaux très turbulentes.

Ces troubles avaient en fait déjà surgi au cours des années précédentes en raison de la faiblesse des prix à l’importation et qui incitaient l’UE à introduire des droits de restriction des importations (Sauvegarde).

Cette tourmente est également devenue visible lorsque, par exemple, ArcelorMittal a annoncé en novembre 2019 que la consommation mondiale d’acier attendue baisserait de 0,5 à 1%, l’Europe se dénotant en particulier avec une prévision de moins 3%.

Le secteur automobile en particulier, qui est néanmoins un important transformateur d’acier, a connu des problèmes majeurs, tels que les problèmes d’émissions de diesel, et les prix de l’acier ont subi une pression considérable. Le prix de base des bobines laminées à chaud était d’environ 440 € la tonne pendant cette période. Début 2020, les usines ont réussi à corriger légèrement les prix de l’acier à la hausse, en partie grâce à la hausse des prix à l’importation. Par exemple, en janvier 2020, les prix des bobines laminées à chaud se situaient entre 460-490 € la tonne. L’équilibre entre l’offre et la demande a été quelque peu rétabli, certaines usines ayant temporairement arrêté leur production, comme ArcelorMittal l’a fait en Espagne.

Le besoin en aciéries est resté élevé, ce qui a conduit à des annonces d’assainissement et de réorganisation chez divers producteurs. Tata Group voulait licencier environ 3 000 employés au Royaume-Uni et dans l’UE. Liberty Steel a supprimé 350 emplois au Royaume-Uni et ThyssenKrupp Steel recherchait avec diligence un partenaire de fusion.

Et puis, en février-mars 2020, le COVID-19 a eu d’énormes conséquences pour l’économie européenne. Les verrouillages dans les différents pays européens différaient considérablement en termes de gravité. Par exemple, les équipementiers automobiles néerlandais ont dû limiter leur production, voire l’arrêter complètement parce que leurs fournisseurs n’étaient pas autorisés à produire ou n’étaient pas autorisés ou incapables de transporter des articles. Les constructeurs automobiles ont été contraints d’arrêter leur production parce qu’ils n’étaient pas approvisionnés en pièces détachées, mais aussi en raison de la perte de personnel pour cause de maladie, qui à son tour a eu un effet sur l’achat prévu de produits en acier laminé.

En plus des pannes de personnel, les sidérurgistes ont également dû faire face à des changements et à l’annulation des commandes en cours. En conséquence, encore plus d’unités de production, telles que les hauts fourneaux et les lignes de laminage, ont été fermées. La tendance à la hausse des prix a soudainement stagné et les acheteurs de nombreuses entreprises ont émis l’hypothèse que les prix de l’acier chuteraient. Raison pour laquelle ils étaient plutôt réticents à placer de nouvelles affectations. Les prix sont néanmoins restés stables et les aciéries ont également veillé à l’équilibre raisonnable de l’offre et de la demande grâce à leur arrêt temporaire de production et ont même annoncé vouloir passer à un prix de base de 500 € pour les nouvelles commandes. En ce sens, ils avaient raison, car la reprise en Chine a été plus rapide et plus forte que prévu, les prix à l’importation étaient raisonnablement stables à légèrement en hausse et les délais de livraison pour les laminoirs européens étaient de 10 à 12 semaines.

La reprise en Chine a entraîné une augmentation de la demande d’acier et donc aussi des matières premières telles que la ferraille, le pétrole et le minerai de fer, qui sont devenues beaucoup plus chères. Par exemple, la valeur des exportations australiennes de minerai de fer a atteint un record de 104 milliards de dollars au cours des 12 derniers mois et devrait dépasser ce chiffre cette année.

En outre, la Chine est soudainement passée d’un exportateur d’acier traditionnel à un importateur net d’acier.

Puis, au deuxième trimestre, quand une lente reprise de l’économie a commencé à émerger en Europe et aux États-Unis, les consommateurs ont dû se couvrir à nouveau pour du matériel. Le transport à destination et en provenance de l’Asie s’est avéré être un problème majeur en raison de la forte demande imposée au transport maritime par la reprise de l’économie chinoise. En outre, commander du matériel en Asie signifiait un délai de livraison de 3 à 4 mois et de nombreux consommateurs ne disposaient pas de cet espace, car les fabricants de matériel de transport en particulier ont constaté une reprise rapide de la demande et donc un besoin urgent de matériel. Il est ironique que la relance du secteur automobile européen ait été principalement causée par une forte demande de marques de voitures plus chères en provenance de Chine et non par un besoin intra-européen.

 

En Europe, les ventes de voitures ont chuté aux 1er et 2ème trimestres, mais les effets du virus Corona ont également été perceptibles dans d’autres industries. Aux Pays-Bas, la crise de l’azote s’est ajoutée à cela. Les prix de l’acier semblaient toujours stables en mars 2020, mais ont chuté dans les mois qui ont suivi. En mai, nous avons enregistré environ 440 € la tonne pour les rouleaux laminés à chaud et en juin, ce chiffre est tombé à environ 410 €.

Au cours du deuxième trimestre, les prix des matières premières ont fortement augmenté : le minerai de fer, par exemple, est passé au-dessus de 100 dollars la tonne, a rapidement atteint 130 dollars et est désormais toujours au-dessus de 170 dollars. Un prix d’environ 275 $, ce qui en fait 50 $ plus cher en 2 mois. Cette augmentation s’est depuis poursuivie jusqu’à environ 420 dollars aujourd’hui.

Les prix à l’exportation ont suivi le même cours, mais les prix de l’acier au sein de l’UE étaient encore trop bas pour attirer d’importants volumes d’importations, déjà limités par les tarifs d’importation européens. Les marchés asiatiques et américains se sont révélés beaucoup plus attractifs pour les grands exportateurs. Les prix des bobines laminées à chaud aux États-Unis ont dépassé largement les 1 100 $. Le résultat a été que de nombreux consommateurs européens, plus qu’avant, ont tenté de transférer leurs besoins matériels à des producteurs européens plutôt qu’à l’extérieur de l’UE. Cependant, les fabricants d’acier d’une part n’avaient pas compté sur une demande aussi grandement améliorée et, d’autre part, avaient fait fermer de nombreuses lignes de production.

Le résultat a été que les délais de livraison se sont soudainement écoulés. Les premières annonces des usines de hausses de prix ont été faites en juillet, forcées par la forte hausse des prix des matières premières. De plus, il y avait en même temps beaucoup d’incertitude quant à la survie de divers producteurs. Le groupe ThyssenKrupp est à la recherche d’un partenaire depuis un certain temps maintenant, maintenant que la précédente tentative de Tata Steel de reprendre la branche européenne du groupe allemand a été rejetée par la Commission européenne. Au dernier trimestre de 2020, le Liberty Steel Group, avec des laminoirs répartis dans toute l’Europe, s’est heurté à des problèmes de liquidité, ce qui a amené les fournisseurs de bobines laminées à chaud, de brames (brames) et de billettes (billettes) à cesser de livrer. En conséquence, Liberty n’a pas pu produire comme prévu et a par la suite informé ses clients qu’elle ne souhaitait plus respecter les prix contractuels convenus sur la base de prix des matières premières sensiblement modifiés. Les contrats existants ont dû être renégociés pour que les acheteurs reçoivent du matériel. À cette époque, quelques produits, tels que les bobines galvanisées, se faisaient déjà rares. Au cours de cette période, plusieurs aciéries ont annoncé de nouvelles augmentations.

Le groupe indien Tata avait précédemment décidé de quitter complètement l’Europe, ce qui, par exemple, rendait très flou l’avenir de Tata Nederland (anciennement Koninklijke Hoogovens). Une tentative de reprise de l’usine d’IJmuiden par le SSAB suédois a échoué en janvier 2021. Le Hongrois Dunaferr a connu des difficultés financières au 1er trimestre 2021 et on ne sait toujours pas à quoi ressemblera l’avenir de cette usine. En Italie également, les perspectives de l’aciérie ILVA de Tarente ne sont toujours pas claires. Bien qu’ArcelorMittal ait repris cette usine avec le gouvernement italien, les projets d’augmentation des rendements de production n’ont toujours pas abouti. En outre, une partie de la production d’acier brut risque de devoir être fermée en raison des exigences environnementales élevées imposées par le gouvernement local. Il y a un procès à ce sujet et d’autres seront connus en mai.

Dans l’ensemble, il est donc peu probable que les capacités de production européennes dans leur ensemble soient suffisantes pour répondre adéquatement aux besoins d’acier au sein de l’UE. De plus, une nouvelle incertitude entoure récemment la survie du Liberty Steel Group. Le prêteur de cette entreprise (GreensiLL Capital) a abouti à un moratoire et semble avoir accordé à Liberty un financement d’environ 6 milliards de dollars américains, ce qui permettrait au groupe sidérurgique d’acheter diverses lignes en Europe de l’Est et en Italie.

 

Selon toute vraisemblance, cependant, ce financement n’a pas été couvert, raison pour laquelle une banque suisse est intervenue. Il y a maintenant une grande incertitude quant à savoir si Liberty Group peut continuer d’exister sous sa forme actuelle ou si des parties devront être cédées ou fermées. Le groupe a promis à ses clients de trouver une solution aux problèmes existants, mais a en même temps demandé à ses clients de payer à l’avance les commandes en cours. Cette incertitude a été encore exacerbée lorsque le gouvernement britannique a rejeté une demande de prêt de 170 millions de livres sterling au groupe. Une déclaration de ce gouvernement indique que le gouvernement interviendra si le groupe fait faillite en ce qui concerne les parties au Royaume-Uni. En France, le gouvernement en a parlé. En Australie, Citibank, au nom de cette banque suisse, a déposé une requête auprès de la Cour suprême pour liquider deux sociétés du Liberty Group. Dans tous les cas, la question est de savoir si Liberty dans son ensemble peut remplir ses obligations de livraison, car les usines d’Europe centrale et orientale, en particulier, sont fortement endettées. Cependant, avec ses lignes de laminage d’aciers revêtus en Belgique, au Luxembourg, en Italie et en République tchèque, le groupe est un acteur majeur de l’acier galvanisé.

La pénurie actuelle sur le marché est liée aux produits de bobines d’acier laminées à chaud, laminées à froid et galvanisées Sendzimir. La plupart des usines européennes prétendent avoir leurs lignes entièrement réservées jusqu’en septembre. Deux usines allemandes livrent moins de tonnage de laminés à chaud que d’habitude au troisième trimestre et un autre gros producteur annonce un délai de livraison en octobre, soit 6 mois après la date de commande. Cela signifie qu’une réduction de la rareté ne semble pas évidente dans un proche avenir. En raison de la rareté actuelle, des longs délais de livraison actuels, de la faible concurrence de la matière importée et des prix élevés des matières premières, ArcelorMittal a augmenté ses prix 3 fois en mars (d’un total de 150 € la tonne). Le prix de base officiel des bobines laminées à chaud est désormais de 900 € la tonne.

Une nouvelle politique a été mise en œuvre en Chine en vertu de laquelle moins d’acier brut peut être produit dans diverses provinces pour des raisons environnementales. La Chine veut réduire ses émissions de CO2 d’ici 2025 au plus tard. L’intention est de réduire la production d’acier d’environ 22 millions de tonnes d’ici 2021, un montant qui se fera au détriment des volumes d’exportation disponibles. Afin de toujours répondre adéquatement aux besoins en acier laminé, les mesures visant à stimuler les exportations sont donc progressivement supprimées. Le pays a exporté près de 100 millions de tonnes d’acier en 2018 et ce chiffre est déjà tombé à moins de 60 millions de tonnes en 2020. La Chine va donc peut-être commencer à exporter moins d’acier, importer plus de ferraille pour la production d’acier brut à partir de fours électriques (FEA) et importer plus d’acier laminé.

Un autre grand point d’interrogation est de savoir si les droits d’importation européens seront maintenus ou seront modifiés. Bien que des demandes de divers secteurs aux États-Unis soient adressées au gouvernement Biden pour éliminer progressivement les droits d’importation sur l’acier, rien n’indique encore que les États-Unis modifieront leur politique d’importation. Dans ce contexte, l’action unilatérale de l’Europe n’est pas évidente.

En résumé: les développements économiques aux États-Unis et en Chine semblent plus brillants qu’en Europe et, de plus, d’énormes sommes d’argent sont investies dans l’économie là-bas pour la stimuler. Les prévisions sont que la croissance économique sera de 6% ou plus dans les deux pays. Pour les États-Unis, il s’agirait de la plus forte augmentation depuis 1974. Il est donc justifié de s’attendre à ce que la demande d’acier se maintienne, ce qui rend également plausible que les prix des matières premières et de l’acier resteront élevés pour le moment ou peut-être augmenter encore plus.

Aux États-Unis, le prix de base des rouleaux laminés à chaud est désormais d’environ 1 300 $ (environ 1 100 €) la tonne départ usine.

En raison des prix élevés de l’acier ailleurs dans le monde et de la croissance attendue, les fabricants d’acier européens maintiennent une position forte sur le marché de l’acier de l’UE. Cette semaine (semaine 14), plusieurs usines sont hors du marché et cela peut être le signe de nouvelles augmentations.